Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 mars 2014

Carnet / De l’heure (et de l'heur) d’été

heure d'été,heur,heur d'été,christian cottet-emard,l'inventaire des fétiches,poésie,littérature,poème,blog littéraire de christian cottet-emard,pendule,temps,été,saisonDans les années 80 du vingtième siècle lors d’un passage à l’heure d’été, j’avais écrit  ce poème, L’heur d’été, que je n’aime plus aujourd’hui. Il est extrait de mon recueil L’Inventaire des fétiches que j’avais publié sans doute trop vite en 1988, une occasion favorable s’étant présentée. Détail amusant, quelques lecteurs de L’heur d’été avaient cru voir une coquille dans ce titre. Bien évidemment, j’écrirais ce poème d’une manière différente si je devais le faire aujourd’hui. Mais quand ce n’est plus l’heure, ce n’est plus l’heure... Et plus l’heur non plus.

L’heur d’été

Vers le cœur d’une grange
au sommet de l’été
une femme conduit
l’ombre de son désir

Elle a chevilles de gazelle
et mille caprices de chèvre

Son pas sécrète une alchimie
d’herbes en souvenance
mais le ciel des marelles
s’alourdit sur sa tempe

Il faudra tout l’orage
et son galop dans les avoines
pour alléger sa nuque
sous la poigne d’enfance

Aux mains dolentes des caresses
elle chaparde à la mémoire
ce moment dans la paille
pour le suspendre à la saison

 

Extrait de L'Inventaire des fétiches. © Éditions Orage-Lagune-Express, 1988.

11 mars 2013

Enfin !

crocus,neige,printemps,fleur,renouveau,mars,blog littéraire de christian cottet-emard,saison,campagne,contemplation,nature,beauté,couleur

17 décembre 2006

Autoportrait à la sardine grillée

medium_sardine2.2.jpg

Le jour de tes quarante-sept ans tu te promènes encore as-tu jamais fait autre chose ?

Si vous voyez plus intéressant qu’une promenade dites-le moi as-tu toujours répondu à qui se fait fort d’être utile

Utiles nous le sommes tous ne serait-ce qu’aux feux follets

La sardine grillée aussi est utile au ventre comme à la poésie

Vieil ado qui n’aime rien d’autre que la marche le nez en l’air dans l’odeur festive de la sardine grillée

Que laisseras-tu à tes proches un petit tas de papier à pattes de mouches collées au miel des rêves éveillés ?

Et ce poème brouillon sur la sardine qui grésille et frémit dans le brasero d’un jardin givré de l’arrière-saison


Copyright : Orage-Lagune-Express, 2006.