Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 février 2014

De qui suis-je le rêve ? se demandait l'enseigne de vaisseau Mhorn.

fiction,vertige de la fiction,preben mhorn,enseigne de vaisseau mhorn,personnage,roman,blog littéraire de christian cottet-emard,christian claude louis cottet-emard,littérature,rêve,écrire,rêver sa vie,vivre ses rêves,bureau,macbook,clavier,stylo,crayon,livres,pâte de verre,lampe de bureau,lampe bleue,étagère,auteur,écrivain,romancier,songe-creux,inadapté

15 janvier 2014

Nuit au lac près du pont d'érable

Une pièce pour piano et guzheng de Wang Jianmin (1956) avec Lang Lang (piano) et Ji Wei (guzheng), extraite de l'album Dragon songs de Lang Lang (Deutsche Grammophon).

 

 

 

 

 

 

09 janvier 2014

Carnet : de l’instant réel qui devient un rêve

Cette nuit il fait si doux que je n’ai même pas allumé le feu dans la cheminée. Janvier trompeur qui donne une brève illusion d’avant printemps mais l’hiver rôde dans la montagne avec sa saleté de neige en réserve. Et puis, au fond des vallons qui environnent la maison, comme une soufflerie en fond sonore et qui monte parfois brutalement en puissance pour secouer les volets.

carnet,haut-jura,lisbonne,tramway,journal,note,neige,montagne,souvenir,saudade,portugal,voyage,climat océanique,havane,cigare,por larrañaga,volute,promenade,littérature,poésie,musique,fête,bonheur,joie,rêve,blog littéraire de christian cottet-emard,éditions orage-lagune-express,droits réservés

De plus en plus souvent, malgré la situation idéale de ma maison dans la campagne du Haut-Jura, je rêve du climat océanique qui me convient si bien et qui m’apaise. Que donnerais-je pour un verre en terrasse en compagnie de mélomanes, de lecteurs et de lectrices de littérature, de poésie.

Étrange de savoir qu’après deux petites heures d’avion, je pourrais être en ce moment à Lisbonne et revivre cette promenade d’octobre dernier, un soir humide et doux après le restaurant, n’ayant d’autre souci que de fumer un Por Larrañaga en photographiant un tramway.

Mais ce moment était unique, aussi fugace que les volutes de mon havane s’invitant dans le cadre de la photo. Un instant réel qui devient un rêve, c’est un comble... Oui je sais, cela s’appelle un souvenir. Ne me secouez pas, je suis plein de souvenirs.

Photo : Lisbonne, octobre 2013. Photo Christian Cottet-Emard.

© Orage-Lagune-Express 2014