Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 février 2015

Carnet / De la sincérité

Levé à 6h ce samedi matin. Je ne dors que d’un œil et seulement quelques heures. Dehors, grand vent, averses et éclaircies dans la matinée. Les frênes s’ébrouent de leurs glaçons et se redressent.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,jura,franche-comté,oyonnax,ain,france,europe,saint-claude,jura,comté,fromage,nature,campagne,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,sommeil,insomnie,nuit,matin,neige,pluie,frêne,musique,sir william walton,The Twelve, Coronation Te Deum, Magnificat and Nunc Dimittis, Jubilate Deo, Antiphon,brahms,Variations sur un thème de Haydn, Ouverture tragique, Ouverture académique,raymond depardon,la france de raymond depardon,photographie,Lisbonne,portugal,tourisme,hôtel,sud ouest

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,jura,franche-comté,oyonnax,ain,france,europe,saint-claude,jura,comté,fromage,nature,campagne,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,sommeil,insomnie,nuit,matin,neige,pluie,frêne,musique,sir william walton,The Twelve, Coronation Te Deum, Magnificat and Nunc Dimittis, Jubilate Deo, Antiphon,brahms,Variations sur un thème de Haydn, Ouverture tragique, Ouverture académique,raymond depardon,la france de raymond depardon,photographie,Lisbonne,portugal,tourisme,hôtel,sud ouest

La maison émerge peu à peu de sa gangue de neige. Encore quelques gros flocons fondus transformés en pluie battante. C’est toujours moins pénible que la neige. Dès qu’il fait plus doux, les parfums de terre sont libérés. J’ai de nouveau entendu la chouette.

Musiques chorales et avec orgue de Walton le matin (The Twelve, Coronation Te Deum, Magnificat and Nunc Dimittis, Jubilate Deo, Antiphon) et Brahms l’après-midi (Variations sur un thème de Haydn, Ouverture tragique, Ouverture académique). Poursuite de la lecture du pavé de Samuel P. Huntington, Le Choc des civilisations

Avant de rendre visite à ma mère vers midi, une brève incursion au marché d’Oyonnax pour acheter du comté Seignemartin. Oyonnax, bourgade de plus en plus déprimante et pas question de lui préférer Saint-Claude qui est dix fois pire dans un autre style. Pas étonnant que le photographe Raymond Depardon ait fait son miel de ces deux villes dans son affreuse et éprouvante série intitulée La France

Je remonte vite dans mon village jurassien où ma maison et ma propriété un peu à l’écart et donnant sur un beau paysage me plaisent (malgré l’hiver) mais je n’irai ni plus haut ni plus loin dans la Franche-Comté que je trouve sinistre.

carnet,note,journal,autobiographie,écriture de soi,prairie journal,jura,franche-comté,oyonnax,ain,france,europe,saint-claude,jura,comté,fromage,nature,campagne,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,sommeil,insomnie,nuit,matin,neige,pluie,frêne,musique,sir william walton,The Twelve, Coronation Te Deum, Magnificat and Nunc Dimittis, Jubilate Deo, Antiphon,brahms,Variations sur un thème de Haydn, Ouverture tragique, Ouverture académique,raymond depardon,la france de raymond depardon,photographie,Lisbonne,portugal,tourisme,hôtel,sud ouest

Ce coin de nature où je suis installé est une bulle spatio-temporelle dans laquelle j’arrive à faire mon nid parce que je sais que je peux m’en échapper quand je le souhaite. Cette solution me semble plus prudente et plus adaptée à mon caractère assez réactionnaire, craintif, méfiant et peu enclin aux adaptations rapides que nécessiterait un déménagement dans le Sud-Ouest ou à Lisbonne ainsi que j’en suis souvent tenté. C’est aussi une question d’argent. Je ne suis pas dans le besoin mais je n’ai pas non plus les moyens d’avoir des résidences secondaires. Le mieux pour moi est donc de garder ma base actuelle et d’effectuer des séjours touristiques dans les grandes villes et capitales qui me plaisent. En plus, j’aime les hôtels (de préférence standards et où l’on parle français). 

Je sais, tout cela n’est ni brillant ni original mais l’originalité, j’essaie de la réserver à la littérature tout en lui préférant tout de même la sincérité. Sinon, à quoi bon ces carnets ?

18 août 2014

Carnet / Par la petite porte

Ces derniers jours au courrier, le nouveau roman de Jean Pérol, La Djouille (éditions de la Différence) dont deux phrases ont déjà fait mon miel à peine le livre commencé : « Les peuples ne savent jamais assez se méfier des inspirés qui veulent à tout prix leur bonheur » et « Tout ce qui est marchandage m’indispose. » J’en parlerai prochainement. 

la djouille,jeanpérol,éditions de la différence,la différence,littérature,roman,brèves,actualité de la nouvelle,atelier du gué,nouvelle,Béatrix Beck,abbatiale de nantua,ain,rhône-alpes,france,nantua,lisbonne,portugal,fernando pessoa,alberto caeiro,le gardeur de troupeaux,carnet,journal,note,poème,poésie,hétéronyme,mozart,saint-saëns,debussy,concert,festival nantua,william walton,antiphon,sir william walton,missa brevis,te deum du couronnement,the twelve,jour triomphal,blog littéraire de christian cottet-emard,simon preston,mark blatchly,

Reçu aussi un ancien numéro de la revue Brèves (actualité de la nouvelle) consacré à Béatrix Beck : « Écrire est une forme active de la lecture : on fournit des textes à soi-même, éventuellement aux autres. »

la djouille,jeanpérol,éditions de la différence,la différence,littérature,roman,brèves,actualité de la nouvelle,atelier du gué,nouvelle,Béatrix Beck,abbatiale de nantua,ain,rhône-alpes,france,nantua,lisbonne,portugal,fernando pessoa,alberto caeiro,le gardeur de troupeaux,carnet,journal,note,poème,poésie,hétéronyme,mozart,saint-saëns,debussy,concert,festival nantua,william walton,antiphon,sir william walton,missa brevis,te deum du couronnement,the twelve,jour triomphal,blog littéraire de christian cottet-emard,simon preston,mark blatchly,

À l’abbatiale de Nantua, pour être sûr d’être bien placé, je suis arrivé une heure à l’avance au concert avec des poèmes de Fernando Pessoa que je lis et relis sans me lasser depuis des années. J’aime entrer dans cette poésie au hasard, en feuilletant, et je me suis amusé de tomber, sous les voûtes d’une église, sur le poème de l’hétéronyme Alberto Caeiro dans Le Gardeur de troupeaux :

« Penser à Dieu c’est désobéir à Dieu

Car Dieu a voulu que nous ne le connaissions pas,

aussi à nous ne s’est-il pas montré... » (!)

Tout récemment, dans la même abbatiale, lors du concert de clôture du festival, j’aurais volontiers offert du chewing-gum à une inconnue, parfumée par Ail et Fines herbes de chez Popote, qui s’est assise sur le même banc que moi. Il y a quelques années, j’avais eu droit au goûter de trois grand-mères qui n’en finissaient pas de grignoter des biscuits secs avec un son d’écureuil qui a trouvé une pomme de pin géante. Pas facile de ne penser qu’à Mozart, Saint-Saëns et Debussy dans ces conditions.

la djouille,jeanpérol,éditions de la différence,la différence,littérature,roman,brèves,actualité de la nouvelle,atelier du gué,nouvelle,Béatrix Beck,abbatiale de nantua,ain,rhône-alpes,france,nantua,lisbonne,portugal,fernando pessoa,alberto caeiro,le gardeur de troupeaux,carnet,journal,note,poème,poésie,hétéronyme,mozart,saint-saëns,debussy,concert,festival nantua,william walton,antiphon,sir william walton,missa brevis,te deum du couronnement,the twelve,jour triomphal,blog littéraire de christian cottet-emard,simon preston,mark blatchly,

Chez moi, j’écoute en ce moment la musique chorale de William Walton (1902-1983), notamment The Twelve, le Te Deum du Couronnement (dans l’arrangement de Simon Preston avec une réduction pour orgue de Mark Blatchly), la Missa brevis et d’autres pièces que j’aime beaucoup, notamment le Magnificat and Nunc Dimitis, le Jubilate Deo et Antiphon.

la djouille,jeanpérol,éditions de la différence,la différence,littérature,roman,brèves,actualité de la nouvelle,atelier du gué,nouvelle,béatrix beck,abbatiale de nantua,ain,rhône-alpes,france,nantua,lisbonne,portugal,fernando pessoa,alberto caeiro,le gardeur de troupeaux,carnet,journal,note,poème,poésie,hétéronyme,mozart,saint-saëns,debussy,concert,festival nantua,william walton,antiphon,sir william walton,missa brevis,te deum du couronnement,the twelve,jour triomphal,blog littéraire de christian cottet-emard,simon preston,mark blatchly

Le quinze août déjà passé, l’été est toujours aux abonnés absents. À mesure que je vois les gens revenir de leurs congés souvent réduits à une ou deux petites semaines, je pense à la future escapade à Lisbonne et au bonheur de partir quand tout le monde est rentré. 

Mon mode de vie a certes quelques inconvénients mais aussi beaucoup d’avantages. C’est ce que je me dis pour retrouver un moral qui m’avait déserté depuis de très longs mois et qui essaie de revenir par la petite porte. On ne peut pas avoir tout le temps ce que Fernando Pessoa avait appelé « le jour triomphal » de sa vie qui était, en ce qui le concernait, le 8 mars 1914 *. 

* Ce jour-là, quarante-neuf poèmes lui vinrent d’une traite avec leur titre (Le gardeur de troupeaux) et l’un des principaux hétéronymes (Alberto Caeiro).

Photos : détails de mes carnets, désordre sur mon bureau et gare de Lisbonne

03 juin 2014

Carnet / Sous le couvercle

L'autre jour, avec Marie et une amie, nous sommes allés dîner à l'auberge du lac Genin. Ces repas tout simples que nous prenons souvent là-bas sont très bénéfiques pour mon moral fluctuant. Cet endroit est le seul où je trouve encore du charme aux soirées de printemps confisquées par les nuages.

 

carnet,journal,prairie journal,note,écriture de soi,autobiographie,blog littéraire de christian cottet-emard,jura,ain,rhône-alpes,franche comté,france,sir william walton,compositeur britannique,fernando pessoa,poésie portugaise,symphonie concertante walton,service de presse,article,climat,voyage,départ,retour

Les jours suivants, je me fais violence pour accélérer mes chantiers d’édition et lutter contre ma manie de rétention de manuscrit. Dès qu’un projet se précise, je me débrouille pour le ralentir et je n’arrive pas à comprendre pourquoi, même si la protection juridique de tous mes écrits (avec laquelle je ne badine pas) explique en partie ma lenteur dans les envois de copie.

Malgré tout, les résultats sont là : une nouvelle à finir pour boucler un ensemble constitué et déposé de longue date, trente feuillets rédigés d’un trait en deux jours d’un roman vite bouclé si je continue à ce rythme, deux recueils de poèmes à mettre en ordre, un volume de journal à sélectionner et les illustrations d’un carnet de voyage en Italie à choisir, sans compter un véritable réservoir d’ouvrages commencés et déjà menés loin mais à la rédaction volontairement différée.

Plus le temps de m’éparpiller. J’ai récemment accepté quelques ouvrages en services de presse dont l’un à paraître le 12 juin pour lequel j’écrirai un article. Je dois juste veiller à rester très sélectif.

N’ayant toujours pas trouvé le sommeil à deux heures l’autre nuit, j’ai écouté au casque la symphonie concertante de William Walton (1902-1983). J’aime beaucoup l’œuvre de ce compositeur et je suis fasciné par sa vie. Il est sorti de l’université sans diplôme, a été entouré et financièrement soutenu pendant dix ans par Édith, Osbert et Sacheverell Sitwel qui formaient un cercle artistique, ce qui lui a permis de s’adonner librement à la composition. Après une carrière de compositeur alternant musiques de films et grandes œuvres (dont certaines de circonstances) Walton, devenu Sir William Walton, a passé les dernières années de sa vie avec son épouse Susana dans une grande propriété au milieu d’une somptueux jardin de flore subtropicale sur l’île italienne d’Ischia.

Ce voyage au soleil sans retour du grand compositeur britannique  me parle car ce qui me mine en ce moment, hormis les tristesses au long cours liées aux événements de la vie privée, c’est le manque de lumière et de chaleur, le climat pourri du Jura, de l’Ain et de l’ensemble des régions où je vis.   

Pas un jour sans ce couvercle de nuages gris au-dessus de la tête. Quelques éclaircies fugaces et retour pendant des heures d’un ciel à peine digne d’un mois d’avril. Quant à la température, juin est commencé depuis deux jours aux soirs desquels j’ai allumé deux flambées dans la cheminée! L’idée de vendre et de partir vers plus de lumière, bien qu’illusoire, me traverse souvent l’esprit, surtout quand je pense à cette saleté de neige envisageable dans cinq petits mois.

Mais les déplacements ne résolvent rien car lorsque la grisaille s’installe dans la tête, on la transporte partout avec soi. Et puis, combien en ai-je vu revenir piteusement, parfois après des années, de mes amis et connaissances, qui sont partis sans avoir été conscients que ce qu’ils voulaient fuir se trouvait vissé dans leur tête.

« Qu’ils voyagent donc ceux qui n’existent pas » écrivait Fernando Pessoa.

 

Photo : le lac Genin le soir, vue de l'auberge (photo Marie)