Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 juin 2020

Carnet / Dans le seul but de bien rêver

carnet,note,journal,carnet de voyage,carnet de lecture,lisbonne,portugal,buenos aires,argentine,capitales littéraires,photographie,lisbonne pessoa et ses ombres,revue instinct nomade,les 7 vies de fernando pessoa,éditions germes de barbarie,christian cottet-emard,ain,jura,vallons,forêts,blog littéraire de christian cottet-emard,borges,bibliothèques,labyrinthe,rêve,géographie rêvée,regard,rome,italie,sept collines,capitales d'europe,continent européen,voyageur,touriste,lumière,ombre,terrasse de café,vert,bleu,jaune

Photo © Ch. Cottet-Emard

Moi qui suis accroché pour le meilleur et pour le pire à ces vallons et à ces forêts où j’habite aux confins de l’Ain et du Jura, je me demande toujours, piètre voyageur, touriste des plus ordinaires, ce qui me rend si familier de mes villes étrangères préférées parmi lesquelles, évidemment, Lisbonne où je me rendis pour la première fois en octobre 2013.

Cette photo date de cette époque. Sept ans déjà, et le souvenir intact, comme neuf, de cet instant privilégié, de ce moment à poème où un changement d’angle et de perspective transformait en quelques pas ma vision de ce coin de place.

carnet,note,journal,carnet de voyage,carnet de lecture,lisbonne,portugal,buenos aires,argentine,capitales littéraires,photographie,lisbonne pessoa et ses ombres,revue instinct nomade,les 7 vies de fernando pessoa,éditions germes de barbarie,christian cottet-emard,ain,jura,vallons,forêts,blog littéraire de christian cottet-emard,borges,bibliothèques,labyrinthe,rêve,géographie rêvée,regard,rome,italie,sept collines,capitales d'europe,continent européen,voyageur,touriste,lumière,ombre,terrasse de café,vert,bleu,jauneDans le carnet de voyage et de lecture que j’ai récemment publié dans le cinquième numéro de la belle revue Instinct nomade (éditions germes de barbarie) intitulé Les sept vies de Fernando Pessoa (Lisbonne est bâtie sur sept collines, comme Rome) je me demande si la capitale portugaise est une ville borgésienne. Malgré toutes ses bibliothèques, je ne le crois pas.

Cette question m’est pourtant venue à l’esprit au moment de prendre la photo, peut-être à cause de quelques couleurs aux nuances sombres malgré la lumière qui se joue des courbes et des plis de la ville et qui entre partout. Rien de suffisant pour penser à Borges et Buenos Aires.

Chaque regard invente sa propre géographie dans le seul but de bien rêver.

 

19 mai 2020

Saudade

saudade,lampe,nuit,rêve,truite,rivière,grand jour,clair de lune,blog littéraire de christian cottet-emard,estime-toi heureux,©éditions orage lagune express,droits réservés,archives dépôt n°,office notarial m,cottet-emard,littérature,poésie,signature électronique,dépôt électronique,ruisseau,fleuve,droirs réservés,christian cottet-emard,publications

Sous la lampe bleue où vivent la nuit mes rêves éveillés

 

j’entends au loin la rivière qui fait briller les truites au clair de lune

 

Même au grand jour elles ne fuient pas sous mes yeux où elles peuvent aussi dormir et nager à loisir et sans crainte

 

car mon regard est parfois si las que tous les ruisseaux et tous les fleuves du monde peuvent s’y engouffrer

 

Extrait de Estime-toi heureux, © Éd. Orage-Lagune-Express

 

 

02 avril 2020

Demi-sommeil

(Extrait d'un roman en chantier)

chantier en cours,roman,enseigne de vaisseau mhorn,christian cottet-emard,marius le bernois,mariana,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,roman,atelier,écriture,narration,pistolet makarov,arme de poing,arme à feu,brocante,marine marchande,apparition,demi-sommeil,rêve

Photo Christian Cottet-Emard

Mhorn n’attachait guère d’importance à ses rêves nocturnes car il était gouverné par ceux qu’il concevait bien éveillé chaque jour depuis qu’il était conscient d’être au monde mais celui de la nuit dernière ne cessait de le tourmenter. Quelle était cette apparition qui l’avait questionné sur l’attitude de son ami Marius lorsque celui-ci avait été tenté de frapper le voyou à terre ? Pourquoi cette même apparition s’était-elle manifestée sous la forme de Marius en sa jeunesse ? Pourquoi Mhorn eût été effrayé si l’apparition avait revêtu une autre forme et laquelle ?

Ce rêve ouvrait une porte qui ne menait que dans un couloir obscur barré par une autre porte. Telle est ma vie et celle de tout le monde, pensa-t-il. Une fois de plus, il se vit incapable de rejeter ces considérations dans le néant parce que, telles des nuées de pipistrelles dérangées, elles retournèrent nicher dans un coin de son esprit où s’entassaient des rebuts, comme dans le fourgon de brocante de son ami. Parmi tout ce fatras, gisaient les breloques de la jeunesse, les photos et les vieilles lettres d’amour qui n’auraient même pas besoin d’être fixées sur du papier pour mettre une éternité à jaunir et à s’effacer, en tous cas bien plus de temps qu’il n’en faut à une vie humaine pour accomplir son cycle.

Dans leur trentaine, Mhorn et le Bernois avaient aimé la même femme, une mésaventure banale qui avait failli tout aussi banalement détruire leur amitié. Lasse de cette rivalité qu’elle jugeait archaïque, machiste et petite bourgeoise, Mariana avait résolu le problème en partant avec quelqu’un autre. L’amitié s’en était ainsi trouvée préservée mais avaient-ils gagné au change ?

Ils avaient pris leurs distances au gré de leurs activités professionnelles, le Bernois dans la brocante et Mhorn dans la marine marchande pendant quelques années durant lesquelles son caractère rugueux et son maintien un peu rigide lui avait valu le surnom ironique d’enseigne de vaisseau. Il avait beau s’être ingénié à échapper au service militaire, ce surnom l’avait poursuivi au point que la plupart de ses anciens collègues et compagnons de boisson l’appelaient toujours l’enseigne de vaisseau Mhorn quand ils parlaient de lui et plus familièrement l’enseigne quand ils le rencontraient.

Maintenant, après ce fameux rêve, Mhorn repensait aux souffrances endurées à cause de cet amour raté. Ces tourments avaient atteint leur paroxysme le jour où quelques affaires douteuses lui avaient amené dans les mains son Makarov en parfait état de fonctionnement pour une arme aussi ancienne. Après l’avoir démonté, nettoyé et entretenu, il l’avait essayé en tirant sur des plaques de tôles dans une décharge sauvage. Les impacts donnaient une idée du résultat sur un corps humain et il s’était dit qu’il pourrait toujours s’en servir pour se brûler la cervelle s’il venait à souffrir encore plus mais au même instant, il eut honte de cette idée ridicule. 

chantier en cours,roman,enseigne de vaisseau mhorn,christian cottet-emard,marius le bernois,mariana,blog littéraire de christian cottet-emard,littérature,atelier,écriture,narration,pistolet makarov,arme de poing,arme à feu,brocante,marine marchande,apparition,demi-sommeil,rêveCurieusement, le fait de porter en permanence cette arme sur lui avait émoussé son chagrin, même si la blessure n’était pas cicatrisée, comme si au milieu d’une partie de carte lugubre où il perdait tout le temps, il avait un peu repris la main.

 

 

© Club 2020